browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Danses Loisirs Bessancourt en Hispanie

Posted by on 11 mai 2016

Hôtel Playa Calida DLB a organisé un stage de danses latines en Andalousie du 16 au 23 avril 2016 sous le patronage de notre président Christian et de notre professeur et organisateur Alain.

Premier IMG_20160422_140441jour : Partis d’Orly avec un retard certain (3h), les participants n’ont pu apprécier la baie d’Almunécar et son bel hôtel de style mauresque, niché sur une colline, que tard dans la nuit, après un périple de 70 kms en autocar, Après une nuit de sommeil forcément écourtée, le groupe a finalement pu découvrir le confort de l’hôtel, à commencer par un bar distribuant sangrias locales et autres Malagas et proche d’une piscine turquoise donnant en surplomb d’une mer qui ne l’était pas moins. Malheureusement pour DLB, le 1er cours ne put être dispensé, faute de professeur, le second groupe de Besançon ayant essuyé un retard encore plus conséquent (12h). DLB et ITINER’DANSE remercient la compagnie Transavia pour la qualité de ses prestations… C’est donc en maillot de bain et un verre à la main que les débutants purent s’entraîner avec Alain à la chorégraphie de la danse dite « Andalouse ».

Deuxième jour : Ce ne fut que le lendemain que les accros aux danses latines purent enfin s’initier à la bachata, salsa, chacha et autres ruedas. Les cours de langue furent également de la partie : arriba, barros, tarro et autres expressions se mélangeaient dans la tête des danseurs comme autant de Malagas mal digérés, les salséros essayant parfois d’associer maladroitement, pour certains, ces notions aux pas correspondants. Qu’importe, les DSC05661répétitions allaient pallier ces inconvénients… Pour oublier ces écarts, le groupe décida le mardi de visiter Almunécar, « ville forteresse » en arabe, lovée dans la vallée fertile du Rio Verde sur la Costa del Sol et située entre Malaga et Alméria. La marche qui précéda la visite permit d’observer un groupe hétérogène de 16 personnes qui, au gré de ses conversations, se disloqua, les uns s’arrêtant à la « Pipote » déguster une sangria, les autres plus avancés découvrant le panorama de la forteresse de San Cristobal, d’autres encore disparurent corps et biens dans la taverne de Pépé Del Gomas… Le bus local permit au plus grand nombre de rejoindre l’hôtel pour siroter un apéritif bien mérité devenu rituel.

DSC05657Troisième jour : Le mercredi vit la majorité du groupe se diriger vers les « Villages Blancs » et la ville de Nerja pendant que 3 personnes allèrent visiter Grenade sous des cordes et l’ALHAMBRA en après-midi.

Quatrième jour : Le jeudi voit les groupes entreprendre la visite de Malaga. Son centre-ville ou certains danseurs, au son d’une musique de Mickaël Jackson, improvisent, devant un marionnettiste et un public médusés, une chorégraphie de country qui restera dans les annales… A DLB, on a vraiment la danse dans la peau… A travers les rues piétonnes, les participants déambulent et attendent les malheureux handicapés retardataires qui trainent la patte et évitent de se perdre.

Puis, la destination de Marbella retient toutes les attentions car plus proche que Ronda. Certains rentrent à l’hôtel profiter du soleil et de la piscine, d’autres poursuivant le périple dans l’ancien quartier arabe de Marbella et son dédale de ruelles étroites et tortueuses qui servent de cadre aux bâtiments anciens, aux boutiques, bars et restaurants disparates, tous peints dans un blanc traditionnel. La plazza de los Naranjos (place des orangers) retient le regard du passant qui en profite pour faire quelques achats.

IMG_6831Cinquième jour : Vendredi voit le départ d’un grand groupe qui reconquiert Grenade à sa façon, 524 ans après Isabelle La Catholique. Point d’épées ni de canons, ici, mais simplement armés d’appareils photos et de paniers repas… Les palais nasrides n’ont plus de secrets pour les passionnés que sont les danseurs. La cour des Lions, le salon des Ambassadeurs, les crénelures, les azzulejos, les frises, les coupoles finement ciselées, les stucs jouent avec la lumière et l’eau et font de cet endroit une pure merveille.

Le Généralife et ses jardins en terrasses où l’eau occupe une place déterminante, son célèbre escalier d’eau, ses exhalaisons d’odeurs  achèvent de fasciner les sens. Le groupe, ravi, reprend le chemin d’Almunécar et profite du Spa en rêvant aux fastes du roi Boabdil dans son palais grenadin…

Dernier jour : Samedi essuie une larme, peut-être celle du dernier roi nasride quittant Grenade en 1492 sous la pression de « Los Reyes Catholicos », car le groupe plie bagages à son tour pour retourner vers des cieux moins cléments.

Qu’importe, car des liens se sont tissés, des rires et des sourires échangés, des verres levés et des danses acquises (ou en voie d’acquisition), n’est-ce pas là l’essentiel ?

Thierry Paillot


Commentaires fermés